Deux fabricants belges ont relevé le défi et proposent des vélos compacts, légers, à assistance électrique. Nous les avons essayés.

Sur le papier un pliant électrique est la solution idéale en ville, pour pouvoir mettre son vélo à l'abri chez soi, comme en périphérie lorsque l'on doit allier usage des transports en commun et vélo. Mais en réalité, les pliants électriques s'avèrent lourds et encombrants. Une fausse bonne idée ?

C'est de moins en moins le cas. Deux vélos pliants venus de Belgiqueont eu à cœur de résoudre l'équation : une batterie, un moteur et un poids contenu.

EOVOLT E-CITY

© JulienSales.fr, JulienSales.fr
© JulienSales.fr, JulienSales.fr

Pour commencer, le EOVOLT E-CITY

13,6 kg, affiche en outre un prix très raisonnable pour un VAE : 1 199 euros. Le moteur est sur le moyeu roue arrière. Sa batterie se cache dans le tube de selle, elle est amovible ce qui permet de la recharger facilement. Certes, elle n'est pas très puissante et son autonomie est limitée (entre 25 et 30 km annonce le fabricant) : mais pour rejoindre la gare, c'est bien suffisant. L'encombrement est minimal sans sacrifier au confort grâce à ses roues de 16 pouces chaussées de larges pneus. Quant à son pliage, il se fait aisément.

Il est également doté de freins à disque hydrauliques, qui nous ont semblé un luxe inutile étant donné les spécifications de la machine. En effet, ce modèle se présente en monovitesse, contrairement à son grand frère le Vida, qui en affiche 7 mais avec des roues de 20 pouces et un poids de plus de 17 kg. Résultat, le plaisir de pédaler au guidon de l'Urbana est voisin de zéro. Pour augmenter sa vitesse, il vous faudra mouliner comme un forcené ou augmenter la puissance de la machine (il a 5 niveaux d'assistance : l'autonomie fondra d'autant). Dommage.

On aime :

  • son poids plume et son encombrement minimal
  • ses freins à disque
  • son prix

On aime (beaucoup) moins :

  • son unique pignon

Un vrai vélo

AHOOGA POWER++

Lui aussi venu d'outre-Quiévrain, le Ahooga Hybrid affiche à peu près le même poids sur la balance : 13 kilos, mais un prix supérieur : 2 699 euros dans sa version de base avec des freins sur jantes. Son moteur est lui aussi dans le moyeu arrière et sa batterie (amovible) qui ressemble à un bidon de cycliste, est fixée sur le tube de selle. Il est plus encombrant en raison de ses roues de 20 pouces, mais arbore un bon dérailleur Acera de 7 vitesses. Résultat, un vrai vélo qui peut aussi s'emmener sans assistance si le cœur vous en dit et le dénivelé de votre trajet vous y autorise : son autonomie limitée n'est donc pas rédhibitoire.

Le Ahooga est beau, ce qui ne gâte rien, jusque dans ses moindres détails, comme ses élégants garde-boue qui ne se déroulent que si vous en avez besoin (même s'il leur arrive, paraît-il, de s'enrouler de manière intempestive !) ou encore sa jolie console au guidon, dont le Bluetooth permet d'afficher les informations de votre téléphone portable.


Petit bémol à notre enthousiasme : son pliage est nettement moins aisé. Il faut en effet décrocher la roue avant pour l'accrocher au cadre avant de le replier. Prévoir des gants ou se résoudre à avoir les mains sales.

On aime

  • son poids plume
  • son look élégant
  • son plaisir de pédalage